Quelle classe de contention choisir pour son bas ?

Les bas de contention se différencient par leur taille, leur couleur, leur matière, leur design mais surtout par la pression qu’ils exercent sur les membres inférieurs. Ils se divisent en 5 classes de compression. En tant que dispositifs médicaux, les choix des chaussettes, des bas ou des collants ne sont pas du ressort des patients mais sont plutôt réservés aux professionnels de santé. Ces derniers sont les plus habilités à connaitre le degré de compression adapté à chaque cas.

Contention sportive

Les accessoires de contention de classe 1

Ces dispositifs de contention exercent une pression de 10 mmHg à 15 mmHg. Ils sont prescrits en cas de varices légères inférieures à 3 mm ou de sensations de jambes lourdes. Ils peuvent également être utilisés en surcompression avec un accessoire de classe plus élevée.

Les bas de contention de classe 2

La pression exercée par les bas, les collants et les chaussettes de contention appartenant à cette catégorie est encore assez légère c’est-à-dire 15 mmHg à 20 mmHg. Ces dispositifs de compression sont les plus courants puisqu’ils sont préconisés en cas de gonflement des chevilles ou des jambes, de varices de 3 mm ou après un stripping. Le sportif peut également l’utiliser en tant que dispositif de contention sportif afin de récupérer plus vite après un effort physique et de soulager les douleurs musculaires en cas de crampes ou de courbatures. C’est également l’accessoire de compression médical recommandé par les professionnels de santé aux femmes enceintes. Il peut servir de dispositif de prévention dans le cadre d’un voyage en avion de longue durée.

Les dispositifs de compression de classe 3

Les bas de compression entrant dans cette catégorie sont prescrits à des fins thérapeutiques puisque la pression exercée est assez élevée : 20 mmHg à 36 mmHg. Ces produits doivent être portés par les patients souffrant d’un œdème veineux chronique, de varices supérieures à 3 mm, de lipodermatosclérose, de thrombose veineuse légère, etc. Ce sont des pathologies importantes qui nécessitent l’utilisation de ces dispositifs pendant un bon bout de temps.

Les dispositifs médicaux dans la classe 4

Les accessoires de compression de classe 4 sont utiles en cas de pathologies lourdes : ulcère actif ou cicatrisé, thrombose veineuse profonde, lymphoedème, insuffisance veineuse sévère, etc. La pression qu’ils exercent va au-delà de 36 mmHg. Leur achat ainsi que leur utilisation ne devront pas se faire à la légère et nécessite inévitablement l’avis d’un professionnel de santé. Choisir un bas de compression de haute qualité est un bon plan étant donné que son usage est vraiment une nécessité mais pas simplement dû à un phénomène de mode.

Les bas anti-thrombo-emboliques

Ces types de bas de compression sont des exceptions car ils sont prescrits uniquement aux patients alités afin d’éviter tout risque d’embolie pulmonaire.

Le choix d’un bas de contention médical

La détermination du niveau de contention adapté à chaque patient incombe au médecin traitant. Lors de l’achat, il faudra se conformer aux informations prescrites dans l’ordonnance médicale : marque, classe de compression, taille, etc. afin de garantir l’efficacité du dispositif.